Stasse pour information

Leon Roufosse© 2009 • Privacy Policy • Terms of Use

Stasse pour information


Il nous revient par de nombreuses interpellations de citoyens indignés que le sieur Stasse remet le couvert suite au jugement qu’il a reçu concernant ses attaques, insultes, menaces et diffamations envers les patrons du parc animalier Le monde sauvage d’Aywaille qui d’après son avocat sont ses moyens d’expressions.


Il n’a donc pas encore compris que lâchement faire le petit Calimero face à un juge et aussitôt après avoir pris connaissance de ce jugement, relancer les hostilités, les insultes et le reste ne le grandit pas et démontre son agressivité, sa violence et ses grands besoins de vengeance (rappelons-nous qu’il a été remercié Au Monde sauvage d’Aywaille où il a peu travaillé comme garçon d’étable pour son incompétence entre autres) qui sont récurrents chez l’individu.


Ce personnage a l’ego surdimensionné qui se retranche derrière son insolvabilité organisée qui s’obstine à ne pas honorer ses dettes envers des personnes qui l’ont tellement aidé malgré des rentrées nettes d’impôts, des rentrées importantes grâce aux généreux et naïfs amis des animaux et ventes d’articles à l’effigie de Wolf Eyes, escroqueries pour son bien-être personnel.


Ses nombreuses collectes dans certains Tom & Co et autres magasins animaliers lui rapportent quantité de nourritures et accessoires. Où sont stockés ses dons offerts par de généreux amis des animaux ?


Maintenant, je voudrai vous signaler que si vous êtes assez naïfs pour lui verser des dons, pour le bien-être et l’accueil des chats, demandez son justificatif pour être certain que votre argent sera utilisé pour l’affectation annoncée.


En ce qui concerne le parrainage chats fantômes dont les photos présentées datent de plusieurs années auparavant dans une association qui n’en a plus que le nom, rendez-vous d’abord à l’adresse du soi-disant refuge Rue Trou de Bosson 8 à Aywaille pour constater de visu le nombre de chats présents dans la réalité, dans les conditions d’espace, d’hygiène, de bien -être sont-ils détenus.


Si vous parrainez un chat, allez à la rencontre de votre futur filleul, faites connaissance avec lui ou elle mais aussi les autres car vous devez pouvoir choisir votre coup de cœur.

Vous êtes en droit d’avoir la possibilité de recevoir toutes les informations concernant le passé de votre filleul de connaître le pourquoi de son abandon.


Celle-ci ou celui-ci est-il stérilisé ou castré, il ou elle est-il identifié par une puce électronique comme la loi l’oblige, les vaccins sont-ils en ordre entre autres de ceux très importants pour les chats, de la leucose et de la PIF féline, maladie extrêmement contagieuse pour ceux-ci.


Stasse avait d’ailleurs, comme à son habitude, fait appel aux dons suite à une épidémie dans son refuge.


La température de leurs logements est-elle correcte sachant que l’individu annonce régulièrement qu’il fait froid chez lui et que de surcroit, il n’y est pas souvent.


Je vous enjoins de ne rien donner sans avoir au préalable la garantie que vous venez réellement en aide à des animaux en détresse et non à cet abuseur de confiance et de faiblesse, ce détourneur de bien-sociaux, à son seul profit.


Cet autre héro à la biographie outrageusement mensongère, un fainéant qui vit chichement grâce à ses manipulations et ses escroqueries en tout genre sur le dos de la détresse animale et la charité humaine, quand va-t-il annoncer qu’il a décidé d’aller travailler ? Un travail honnête qui lui permettrait de subvenir à ses grands besoins de folie, de marcher la tête haute mais il est permis de rêver car sa vie, c’est de vivre aux crochets d’autrui, pleurnicher à longueur de journée voire d’années, pour lui payer ses factures, ses charges, ses plaisirs, son bien-être, les soins des animaux qu’il annonce nombreux, il avait osé faire appel à la charité humaine pour payer les soins de son pauvre chien qu’il détenait dans des conditions très éloignées du bien-être animal et qu’il a fait euthanasier.


Bref, un travail qui lui permettrai de cesser de mendier, pleurnicher, escroquer, leurrer, de vivre lâchement, de se poser continuellement en victime et d’engendrer des royalties à son seul profit.

Ses créanciers, ils continuent de bien les posséder grâce à son insolvabilité super organisée mais un jour il devrait rembourser et ce jour-là, il va encore pleurnicher voire à chaude armes, il va pleurer.


Son slogan super risible annonce qu’il est un homme libre et sauvage en oubliant ses dépendances aux services sociaux, à la générosité publique, d’honorer ses nombreuses dettes entre autres.


Vivre libre, c’est vivre dignement par ses propres moyens et de ne rien demander à personne.

Être sauvage dans la nature, c’est vivre avec ce qu’elle nous offre, la respecter, la sauvegarder, l’aimer, le respect est très important ainsi que l’entraide ce que ne connait pas Stasse. Son cocooning est bien trop important pour en faire un adepte de la nature.


Le chef de la meute chez les animaux est celui qui prend en charge les responsabilités envers ses congénères qui les dirige en toute bienveillance, qui leur vient en aide sans aucun retour en échange. Celui qui fait la fierté de la meute. Certainement pas celui qui est toujours à la traine et qui attend la générosité des autres sans rien fournir en échange.


Il semblerait que l’avocat du sieur Stasse, maître Jaminon, ne se donne pas la peine de prendre connaissance des insultes, diffamations, vulgarités voire menaces innombrables proférées en légion par son client sur les réseaux sociaux à l’égard des patrons du parc animalier Le Monde sauvage et autres avant de défendre l’indéfendable. Si c’est cela la liberté d’expression, je plains celle de cet avocat.


Il est certain que vouloir nier la vérité sous divers prétextes fallacieux pour nuire à autrui démontre une fois encore que les malfaisants bénéficient souvent d’individus partiales qui gagnent leur vie en brisant la vie des victimes et en mettant les salopards sur un piédestal avec un acharnement tel que nous sommes en droit de nous poser des questions à savoir ce que cela leur rapporte.


Christiane Roufosse