Le Noel de Benji

Leon Roufosse© 2009 • Privacy Policy • Terms of Use

Le Noël de Benji

Alors que j’étais un petit chiot, mes maitres avaient décidé de m’abandonner parce qu’ils s’étaient rendus compte que j’étais un petit Zinneke. Ils s’étaient donc débarrassés de moi dans une famille qui ne voulait pas de chien dans leur maison. Je fus jeté dans une petite cour encombrée et malpropre où je n’avais pas d’abris. Ils me donnaient à manger du vieux pain, des épluchures de pommes de terre et des déchets en tout genre. Heureusement, un voisin ayant pitié de moi me lançait de temps en temps une petite tartine, un petit sucre. Lorsque je me plaignais d’avoir trop froid en hiver, trop faim, trop chaud en été, je recevais des coups de pieds entre autres.


Après 2 ans de souffrances, de peur, de coups, de faim, ils m’attachent et m’emmènent en promenade dans la forêt. Je n’étais pas très en forme mais j’étais heureux de quitter ma misère et cet endroit horrible qui était cette cour. Je pensais qu’ils étaient devenus plus gentils, mais je compris alors qu’ils me mettaient une chaine au cou et qu’ils l’attachaient à un arbre, qu’ils me punissaient encore, mais pourquoi ? J’avais été sage, j’étais tellement content.


Sans un regard, ils repartirent me laissant dans la détresse, je pleurais, j’aboyais faiblement parce que ma santé n’était pas des meilleures. La nuit tomba, puis vint le jour et encore la nuit, le froid, la peur, le désespoir. Pendant combien de temps ?


Un jour que je me mourrai, j’entendis des voix. Je pensais que mes bourreaux revenaient mais je vis un monsieur et une dame qui s’agenouillaient à côté de moi et le monsieur me délivrait de cette lourde chaîne. Ils m’emmenèrent chez un docteur pour les animaux qui me trouva bien mal en point mais qui m’a très bien soigné. Mes sauveurs, ceux grâce à qui aujourd’hui je vis heureux dans une maison bien au chaud où je mange de si bons repas, où je reçois câlins, amour et
bien-être, ceux qui m’ont rendu confiance aux humains et qui sont ma super famille, que j’aime de tout mon cœur et qui m’aiment autant, j’oubliai de vous dire qu’ils m’ont appelé Benji parce que, parait-il, je ressemble à un collègue star de cinéma et que nous fêterons avec ma petite famille l’anniversaire de mon sauvetage à Noël. Et oui, ils m’ont trouvé le 24 décembre il y a maintenant 9 ans. Si cela n’était pas un miracle comme le disent mes parents.


Je vous souhaite un Joyeux Noël et une Bonne Année 2020.


Benji