Grandes réalités

Leon Roufosse© 2009 • Privacy Policy • Terms of Use

GRANDES REALITES

 

Pour ceux qui n’ont aucun respect pour le bien-être des animaux et de la nature


Petit récupératif :


L’hyène mange les cadavres, l’homme de même.


Vous aimez vous délecter que ce soit pour frimer, entre autres, d’un foie gras el cirrhosé, le foie d’un animal gavé de façon ignoble et immonde de force, un foie malade dont vous ne pouvez ignorer les conditions de gavage et la souffrance sans nom infligée à de malheureux animaux sans défense.


Il est inutile de se voiler la face et la conscience en affirmant et reniant les atroces souffrances occasionnées aux animaux lors de cette horreur qu’est le gavage surtout dans les élevages en batterie entre autres.


Alors, pour votre santé et celle de ces pauvres animaux, pour le respect, le bien-être animal et la suppression de telles horreurs, faites preuve d’humanité faute de cœur.

Manger du gibier, c’est la goutte assurée et d’autres maladies aussi douloureusement et parfois inquiétantes, si pas maintenant dans le temps.


Lorsque vous avez votre assiette bien garnie de cette pauvre biche, de son petit faon si mignon, d’un petit marcassin que sa maman pleure dans un coin de forêt à moins qu’elle aussi remplisse votre estomac.


Regardez bien cette pauvre viande, visualiser la traque, le stress, la peur, la panique et enfin le massacre sans aucune pitié de ses magnifiques animaux dont le biotope, la quiétude, sont détruits par des individus barbares qui éprouvent une grande jouissance à massacrer de façon innommable des animaux merveilleux sans défense, faisant fi de leur respect et celui de la nature.


La noblesse, ce n’est pas de décimer avec des fusils, ne laissant aucune chance à ces pauvres bêtes, mais de protéger la nature et les animaux qui le peuplent. Ce n’est pas non plus d’enlaidir cette belle nature avec des miradors qui poussent comme des champignons jusqu’au bords de nos routes.


La noblesse, c’est surtout le respect, le partage, la protection des plus faibles, avoir un cœur à la place d’un imposant compte en banque et comprendre la souffrance parfois innomable des animaux et certains humains.


Ch. ROUFOSSE.