Un portiere qui s'ouvre

Leon Roufosse© 2009 • Privacy Policy • Terms of Use

UNE PORTIERE QUI S'OUVRE, UN CHIEN QUE L'ON EJECTE BRUTALEMENT, LE DRAME EST CONSOMME. CHAQUE ANNEE, AU MOMENT DES VACANCES, D'IGNOBLES INDIVIDUS SECOMPORTENT EN ASSASSIN ...


Halte au scandale des abandons d'animaux pendant les vacances !


Les voici donc arrivées, ces vacances, en dépit d'un été qui ne se décide pas à choisir entre le soleil et la pluie; on prépare l'exode annuel. 


Le chien ou le chat sera-t-il du voyage? Pour les lecteurs d'Animaux Contact, la réponse est oui.


Le chien ou le chat accompagnera ou bien sera placé dans une bonne pension ou confié à un ami sûr pour la durée des vacances.


Mais, pour des dizaines de milliers de lâches, la réponse est non. Chien et chat sont gênants: on les abandonne dans les bois, sur une autoroute ou dans le refuge d'une SPA, où, bien souvent, faute d'adoptants, ils seront exécutés.


Voici donc les mois de vacances qui sont si durs pour tant d'animaux. En Belgique, on évalue chaque année à 35.000 le nombre d'animaux abandonnés pendant les mois de juin, juillet et août. Pourquoi? Pourquoi les gens qui se sont accoutumés à la présence d'un animal familier, qu'ils disent aimer et qui les adore, se séparent-ils impitoyablement d'eux lors du départ en vacances?


Plusieurs explications sont données par ces lâches qui, hypocritement, ont fait semblant d'être attachés à un animal pendant des mois, mais n'hésitent pas à l'abandonner avec des excuses fourbes du genre : les hôtels saisonniers, les campings, les caravanings, et même certaines plages n'acceptent pas les animaux, etc.



Comment s'opèrent ces abandons ?


Ces abandons s'opèrent avec un simplicité déroutante. Deux ou trois jours avant les vacances, la crapule emmène son chien dans la forêt, l'attache solidement à un arbre et rentre chez lui. La malheureuse bête hurlera à s'en déchirer la gorge et après quelques jours périra de soif et de faim dans d'affreuses souffrances. Parfois, c'est la dame qui, gentiment, mais aussi lâchement quand même, perd son gentil petit compagnon dans une grande surface, dans la rue ou n'importe où ... en se disant que quelque âme bien attentionnée le recueillera bien.


Certains les abandonnent dans le refuge d'une SPA. A ceux-là, je voudrais pouvoir dire la tristesse de ces chiens attendant dans leur cage qu'on les adopte ou qu'on les exécute. Implorant des yeux, poussant des gémissements de détresse, ils réalisent qu'il n'y a plus personne pour leur parler, pour les caresser, pour les appeler par leur nom, pour leur témoigner un peu de tendresse.

Quel traumatisme que cet emprisonnement et cette solitude !


Enfin, il y a l'assassin qui, sur la route déserte, parfois en pleine nuit, à plus de 100 Km/heure, ouvre la portière de sa voiture et précipite sans vergogne son chien ou son chat sur l'asphalte. Avec en plus le risque qu'un autre automobiliste, pour tenter d'éviter l'animal, ne provoque un accident.


Il est grand temps que cesse ce scandale rituel des abandons d'animaux à la veille du grand départ en vacances. Chacun de nous, chacun de vous, cher ami lecteur, doit se sentir un peu mobilisé pour permettre à ces pauvres bêtes de passer les mois d'été sans finir abandonnées. Sachons nous moquer du qu'en dira-t-on. N'ayons pas peur d'être indiscret, quand il le faut. N'hésitons pas à questionner ceux que nous soupçonnons peut-être de vouloir commettre une de ces sales besognes. «Hé, voisin, votre chien, votre chat, qu'avez-vous prévu pour lui pendant vos vacances» Cela suffit parfois à empêcher ce lâche de commettre son abandon.


L'entraide, la solidarité sont parfois plus faciles à déclencher et à organiser que nous ne le pensons. Il suffit quelquefois d'y penser, d'en parler pour découvrir que, dans notre immeuble, il y a peut-être un pensionné qui se chargerait de nourrir et de sortir notre animal pourvu qu'on le lui demande.


Il y a aussi des solutions variées, confier l'animal à un ami, à une pension; il faut chercher, il faut trouver, il faut que finissent ces abandons cruels et honteux. Quand on aime une bête, on ne l'abandonne pas, même si elle doit vous causer, durant vos vacances, quelques soucis matériels.



Christian ROUFOSSE





Article 35 et suivants


LOI DU 14 AOUT 1986