Les vérités qui blessent

Leon Roufosse© 2009 • Privacy Policy • Terms of Use

Les vérités qui blessent

Réponse au berger Ponthir et à sa bergère Becass(ine)

 

Comme la plupart des gens éduqués, intelligents, jouissant de toutes leurs facultés mentales, nous avons essayé de comprendre et déchiffrer votre homélie abracadabrante truffée d’aberrations, en un mot d’une incompréhension innommable.

 

Nous constatons cependant que dans vos écrits, entre autres, vous faites preuve d’une grande violence, d’un acharnement implacable à pousser vos ouailles à commettre les actes odieux que vous seriez heureux de commettre vous-même, mais il est plus aisé de ne pas se salir les mains et de déléguer à ses nunuches les basses besognes. Le manque total d’éducation, une vulgarité exacerbée, de l’indécence, de l’intolérance et un problème relevant sans conteste de la psychiatrie sont le reflet de votre personnalité sans oublier un ego surdimensionné. Vous n’acceptez pas que la vérité soit dite puisque celle-ci va vous perdre aux yeux de tous ceux que vous avez grugés.

 

Avant de reléguer définitivement aux oubliettes les ignares, les dérangés, les escrocs en tout genre, je voudrai préciser les points suivants :

 

1) Vous osez vous vanter d’avoir fait, grâce à votre Facebook, changer la législation sur la Protection des animaux en 100 jours alors que les ASBL de protection des animaux n’avaient rien obtenu en 40 ans. Je puis vous affirmer que les services concernés du ministre Di Antonio ne connaissent absolument pas votre Facebook et s’ils ont vaguement entendu votre nom, c’était en tant que l’homme à qui l’on avait volé des chihuahuas. Ils pensaient d’ailleurs que cette affaire comme les affaires journalières de vols de chihuahuas avait été solutionnée depuis pas mal de temps.

 

Alors Philipou, je vous renvoie 40 ans en arrière pour cette fois reconnaître que nous avons effectué un impressionnant travail pour la protection des animaux.

 

A part plumer et mentir aux gens pour vous enrichir sur le dos des animaux, qu’avez-vous fait pour la détresse de ces malheureux ?

 

Pour votre gouverne, monsieur le Ministre Di Antonio a pour ambition de revoir la législation en vigueur et de doter la Wallonie d’un code du Bien-être animal sans oublier le contrôle des élevages clandestins tel que le vôtre par exemple.

 

Arrêtez de rêver et de prendre vos désirs pour des réalités, vous n’êtes nullement représentatif de la protection et de l’amour des animaux.

 

2) Vous le démontrez d’ailleurs en criant haut et fort que vous pardonnez à un être abject qui se serait rendu coupable du décès des malheureux petits chiens. Quelle bonté d’âme et quelle genre d’attachement aviez-vous envers ces pauvres petites victimes. Vous dites pardonner à votre ex, jeune compagnon Wissam E, mais vous faites en sorte de le faire lyncher et qu’il soit une des victimes de la vindicte populaire de votre meute enragée restante.

 

Nous sommes extrêmement nombreux à penser que les petits chiens sont toujours bien vivants et qu’ils ont été cachés et puis certainement dirigés vers l’étranger du côté de Toulouse, par exemple, car on ne tue pas les poules aux œufs d’or. Aucun mercantile ne laisserait mourir des petits chiens de luxe, pas plus que jeter les petits cadavres pucés dans une poubelle. Si vous pardonnez aussi aisément un acte aussi monstrueux, c’est que votre interlocuteur avait de solides et sérieux arguments à vous soumettre.

 

3) Notre ASBL et nous-mêmes sommes honorablement connus depuis plus de 45 ans. Nos actions envers la détresse animale, notre dévouement entre autres sont reconnus au-delà des frontières. Nous ne devons rien à personne, nous n’avons jamais monté de cabales au détriment de nos petits protégés pour nous enrichir. Nous sommes pourtant confrontés depuis tant années à des légions de torturés et martyrisés de la vie. Nous n’avons jamais profité de la cruauté envers les animaux pour engendrer des royalties.

 

4) Mon clown de géniteur comme vous osez le qualifier, mon papa était un homme honorablement connu, courageux, honnête à votre contraire. Avec une partie de notre famille, cet homme a passé plusieurs années dans des camps de concentration, peu en sont revenus. Il a pu revenir dans un état innommable et est décédé trop tôt. Par vos insultes, vous nous avez offensés ma famille, nous-mêmes mais également notre maman âgée de 89 ans. Nous vous considérons comme un être abject sans morale ni respect.

 

Nous sommes une famille hutoise, je suis en lien constant avec mes proches et nos nombreux amis hutois dans ma petite ville, ceci expliquant cela.

 

5) Mon mari, Monsieur Roufosse, est un homme, un vrai et vos propositions des plus indécentes et malsaines entre autres l’embrasser sur la bouche lui a donné la nausée. Quant à moi, personnellement, pour me tenir la taille, j’ai un homme digne de ce nom.

 

Mon mari et moi-même avons été élevés dans l’honnêteté, le respect d’autrui, la politesse et la sincérité. Ce que j’ai écrit à votre sujet, je le pense et je peux aisément le prouver contrairement à vous. Et si à la lecture de mon écrit, vous et votre fan jouissante, vous avez failli vous étouffer, vous avez perdu les pédales (il n’y a qu’à constater le résultat de votre scribouillage pour se rendre compte que vous pataugez dans la semoule, l’apoplexie vous guettant), c’est que la vérité vous fait très peur.

 

Surtout ne vous inquiétez pas, la justice est en marche. Vous persistez dans la mauvaise voie et la mauvaise foi, mais toute votre sale histoire se détricote. Je vous souhaite bien du courage lorsque vous allez tomber pour vous ramasser.

 

Je voudrai mettre en garde les ignares, les complexés, les bavards, ceux qui parlent pour faire tourner les moulins à vent, ceux surtout qui osent proférer des menaces à notre encontre et entre autres les dénommés Martine Nicolet et Michèle Abras que les menaces feront l’objet de plaintes en haut lieu. Nous vous tiendrons pour responsable des dérives de votre meute. Nos avocats se feront un plaisir de défendre les intérêts de notre ASBL ainsi que les nôtres.

 

Je profite de cette mise au point pour remercier les très nombreuses personnes qui m’ont fait confiance, m’ont apporté leur témoignage et leurs félicitations sur les réseaux sociaux, mais également celles qui nous ont laissé de très nombreux messages, appels téléphoniques etc…. Merci à toutes ces personnes intelligentes qui sont en majorité de réels amis des animaux et qui n’ont pas de points communs avec le fan club immorale de Papou Priou.

 

6) Pour terminer sur une note joyeuse et après s’être tellement marré avec le scribouillage de Papou Priou et de sa bécass(ine), je signale humblement à ces derniers qu’ils sont des personnages insignifiants, qu’ils aiment être dans la lumière, que l’on parle d’eux, que père Ponthir se sente adulé, encensé, vénéré, obéi et j’en passe et des meilleures. Mais cher Philou, regardez, rencontrez, écoutez votre meute de naïfs, de faux culs, ceux qui espèrent vous éjectez pour vous remplacer et vous comprendrez à quel point vous avez espéré des chimères. Vous vivez dans un monde virtuel, réveillez-vous avant de sombrer dans l’obscurité profonde du désespoir !

 

Maintenant, je vous conseillerai de vous allonger, de respirer un bon coup, de rester zen afin de ne plus risquer une attaque en lisant mes écrits sur mon site ce que vous essayez de cacher depuis plusieurs mois.

 

A partir de ce jour, nous ignorons définitivement votre site mafieux et immoral, mais nous suivrons cependant les suites judiciaires et les témoignages qui continueront à nous être apportés pour les transmettre aux autorités compétentes bien sûr.

 

Je ne dirai pas que nous avons été enchantés de vous connaître (virtuellement). Dieu nous préserve d’une telle affirmation, mais la détresse de malheureux chihuahuas qui ont servi de règlement de compte entre un couple (un jeune homme et un homme qui aurait pu être son père), quelle ignominie et quelle pitié ! Comment peut-on faire pleurer des milliers de pauvres gens qui aiment les animaux en leur faisant croire des horreurs sachant ce qu’il en est du devenir de leurs petits chihuahuas.

 

Pour le reste, Papi Priou nous a bien fait rire. Il y a actuellement un cirque qui circule un peu partout, il y a certainement une place vacante de comique qui lui donnerait enfin la joie de gagner des sous autrement que sur le dos de ces pauvres chiens.

 

Amen !

 

 

Christiane Roufosse.