Les Chinois profitent de la bagarre

Leon Roufosse© 2009 • Privacy Policy • Terms of Use

LES CHINOIS PROFITENT DE LA BAGARRE

Chez les viticulteurs européens pour acheter leurs prestigieuses appellations, la France, l'Italie, l'Espagne et l'Allemagne se bagarrent avec la Commission européenne pour conserver leur label et tentent de maintenir la législation en place sur les droits de plantation.

 

En affirmant haut et fort qu'il est hors de question de laisser imaginer qu'on puisse banaliser un produit comme le vin.

Et la France d'affirmer la qualité de notre vin représente notre pays ainsi que des milliers d'emplois.

 

Profitant de la bagarre, un gros investisseur chinois achète le château de Gevrey-Chambertin en Bourgogne et ambitionne d'acquérir dans un futur proche d'autres appellations prestigieuses de l'industrie viticole française.

 

"La Chine pense qu'elle peut aussi bien faire que la France, l'Italie et l'Espagne"

 

La Chine rêve de devenir le N°1 mondiale du bon vin et veut passer du statut d'importateur de plus de 10 millions d'hectolitres par an à celui de 1er producteur et exportateur mondial.

 

Il faut savoir que le vin français connait un formidable essor en Chine. Entre 2008 et 2011, ses ventes ont été multipliées par 5 pour dépasser les 600 millions d'euros. La Chine est d'ailleurs devenue le premier pays importateur de vin français en général et de bordeaux en particulier.

 

En Chine, le marché du vin est dominé par trois grandes marques étatisées ChanGyu, Great-Wall et Dynasty qui imposent leur produit, fussent-ils de médiocre qualité ! Un Great-Wall, l'équivalent d'un Médoc vendu chez nous 10 €, se vend ± 200 € en Chine et est un cadeau idéal à offrir à une personnalité. Le vin est moyen, mais la bouteille est magnifique et très bien présentée.

 

De toute manière, les chinois ont de très soignées étiquettes de Nuit St Georges et autres grands crus qui peuvent être apposées sur n'importe quelle bouteille. Peu importe le vin tant que la bouteille est belle !

 

La Chine souhaite également que l'Union européenne ne subventionne plus les viticulteurs et que la France importe moins de vin vers leur pays, sauf bien entendu les grands crus français dont ils sont maintenant propriétaires.

 

A votre santé !

 

 

Christiane ROUFOSSE