LE NEC LE PLUS ULTRA DE LA POLICE DE L’ENVIRONNEMENT VA-T-ELLE PASSER A LA TRAPPE

Leon Roufosse© 2009 • Privacy Policy • Terms of Use

LE NEC LE PLUS ULTRA DE LA POLICE DE L’ENVIRONNEMENT VA-T-ELLE PASSER A LA TRAPPE ?

 

On ne peut pas faire sans cette police car le crime en profiterait grandement aux niveaux des trafics.

 

Depuis sa création, Love Animals, dans la plus parfaite discrétion, a fait saisir des caisses remplies de perroquets, de singes morts ou agonisants, des centaines de tortues, des rapaces et bien d’autres animaux venant du bout du monde.

 

Quelques cas parmi tant d’autres car chaque année des milliers d’animaux exotiques, mieux connus sous l’appellation de NAC, transitent illégalement par la Belgique et sont traqués par la police de l’environnement.

 

Certains passeurs prennent l’avion en se collant sur le corps des œufs sur le point d’éclore et prélevés dans des nids. Parfois, ce sont les voitures qui sont aménagées pour dissimuler oiseaux, serpents, reptiles, tortues etc… D’autres remplissent leur valise de singes bâillonnés et ligotés. Les doublures des vêtements sont également mises à contribution.

 

En ce domaine, l’imagination des trafiquants ne connait pas de limite.

 

La mise en place du marché européen, qui s’appuie sur la libre circulation facilite encore la sale besogne des fraudeurs. Nouveaux points d’entrée des animaux en Europe, l’ex-Allemagne de l’Est et la Grèce.

 

Le trafic animalier est un marché juteux parmi d’autres. Plus l’animal est rare, plus il est cher. Certains perroquets, poissons, singes et autres NAC valent jusqu’à 25000 euros et plus et les collectionneurs ne manquent pas.

 

Acheté un animal introduit clandestinement en Belgique sans contrôle sanitaire n’est pourtant pas sans risque pour l’acheteur : nous n’avons pas d’antidotes pour les piqures et morsures d’araignées, serpents etc… Les perroquets peuvent aussi transmettre à l’humain une maladie parfois mortelle, l’ORNITHOSE PSILTAGOSE.

 

Parfois, ce sont des résidus toxiques, colorants, pesticides, ménagers, industriels et même radioactifs, polluants pour l’environnement qui sont introduits en fraude en Belgique.

 

La seule police qui est réellement spécialisée dans ces criminalités, DJSOC, est sur le point de passer à la trappe, laissant ainsi le champ libre aux trafiquants de tout bord et aux agresseurs de la nature. Cela parait surréaliste, mais hélas vrai.

 

Les compétences et l’expertise de DJSOC sont à ce point reconnues que leurs inspecteurs donnent des formations sur l’environnement, la nature et son contenu aux magistrats. Espérons que cette corporation va aussi réagir pour sauver un service qui leur est aussi utile et rapporte pas mal d’argent à l’Etat.

 

Léon ROUFOSSE