LE CRAPAUD PONTHIR QUI VOULAIT ETRE PLUS GROS QUE LE BOEUF

Leon Roufosse© 2009 • Privacy Policy • Terms of Use

LE CRAPAUD PONTHIR QUI VOULAIT ETRE PLUS GROS QUE LE BOEUF

 

Je lis avec attention les élucubrations de Philipe Ponthir et pour gagner en clarté, je vais y répondre point par point en essayant de ne pas trop rire. Car il faut dire que vous êtes un fameux marrant et que votre place est vraisemblablement au cirque.

 

  1. Je ne suis pas à notre 18ième version, tout comme vous, dès le lendemain de l’évènement, je savais qui était l’auteur. Pour votre complète information, j’avais d’ailleurs alerté la police de Huy pour leur faire part que c’était le môme comme vos voisins l’appelaient. Ce que je comprends plus mal, ce sont vos motifs.

Pourquoi ne pas avoir simplement relaté qu’il s’agissait d’un banal fait divers, une histoire de couple se vengeant l’un de l’autre et ayant du mal à s’entendre sur le partage de leur patrimoine. Planter un décor cauchemardesque, organiser une véritable chasse à l’homme, créer des brigades de contrôle et lancer tous les internautes sur des pistes imaginaires de trafiquants me dépassent. Il s’agit ni plus ni moins de graves manipulations. Ce faux discours a provoqué sur Facebook l’immense élan de solidarité et de pitié que l’on connait avec toutes les dérives que vous avez entretenues. Vous êtes psychologiquement dérangé et avant qu’un drame ne se produise vous devriez vous faire sérieusement soigner. Après la perte de vos cheveux surement due à une incurable et grave maladie, vous allez finir par péter une durite et contrairement à ce que vous pensez, ce n’est pas ce que je souhaite. Sans vous, je finirai par m’ennuyer.

 

  1. Homophobe ou raciste, je ne l’ai jamais été. A Huy, vous êtes connu comme un dérangé et dans toutes vos affaires, vous utilisez ces arguments.

J’ai rédigé plusieurs articles pour défendre les homos d’Irak et fait partie d’associations qui militent contre l’homophobie. Mais vous-même êtes très raciste et l’avez démontré à Orp-le-Jauche en présence du Ministre.

 

  1. Tous les qualificatifs que vous utilisez pour me désigner me laissent indifférent. Je suis fier de moi, j’ai 70 ans et toujours une forme athlétique rien à voir avec votre état et triste apparence. De toute manière, ce que vous écrivez, vous n’oseriez pas me le dire en face. Tout Huy et vos ex-jeunes amants vous qualifient de lâche, de pervers et de malade mental.

En ce qui me concerne, je n’ai jamais couché avec un adolescent. D’autant plus que vous avouez avoir connu l’ « autre assisté » en culotte courte alors que vous aviez déjà plus de 43 ans.

Qui se ressemble s’assemble ! Si les nombreux internautes qui vous suivent avalisent un tel comportement et bien, elle est belle votre association. Il faudra peut-être revoir son nom et ses objectifs. Cette dérive pour les jeunes porte un nom.

 

  1. L’association des petites ! Ne me faites pas rire ! Vous n’êtes qu’un méprisable marchand de chiens et votre ASBL est l’aboutissement des cagnottes.

Au fait, êtes-vous toujours propriétaire des 2 petites récupérées chez Wissam ? D’après vos voisins, vous vous seriez séparé de l’une d’elle. Si cela est vrai, pourquoi avoir fait tant de tapage médiatique pour la récupérer ? Vos manipulations laissent rêveur.

 

  1. Quant à Wissam, il n’est nullement notre protégé. Je trouvais anormal que, dès le départ, les médias sans avoir effectué aucune recherche vous place sur un piédestal et lynche votre ex-jeune collaborateur et amant. Je voulais simplement avoir sa version. J’ai aussi écouté celles de beaucoup d’autres personnes proches de votre entourage. Les avis sont unanimes, vous êtes malade mental chronique, méchant, imprévisible, bipolaire et dangereux pour les adolescents. J’ai eu accès à toute la téléphonie de Wissam. Vous le livrez à la vindicte populaire et en même temps, vous lui envoyez des messages enflammés le suppliant de reprendre la vie commune. Si vous contestez cette vérité, je publierai l’intégralité de vos messages. Rien que cette manière d’agir devrait suffire à démontrer à vos fans combien vous êtes psychologiquement dérangé. Peut-être que leur lecture déclenchera chez vous un autre fou rire jaune. J’ai aussi des lettres d’élèves. Vous faisiez peur à certains !

 

  1. Pour la « Jeanne d’Arc de Bressoux qui va brûler », vous êtes devin. Votre meute est une milice privée où le virtuel a fait place au réel. Nous avons vu vos brigades de contrôle en action et savons de quoi ces marginaux sont capables. La nuit du 12 au 13 août 2015, nous avons été victimes d’un grave incendie criminel. J’ai veillé à ce que les médias n’en fassent aucun écho, idem sur les réseaux sociaux. Alors votre qualificatif de « Jeanne d’Arc de Bressoux qui va brûler » m’interpelle. Seriez-vous le commanditaire de l’incendie ou est-ce la dérive de vos brebis ?

 

  1. Concernant les mentions légales administratives de l’ASBL Love Animals, je peux vous dire que notre numéro d’ASBL d’entreprise, d’agrément et de permis d’environnement y figure bien avec nos conditions d’adoption.

D’ailleurs, pour créer votre site, vous avez pas mal copié un peu partout. En l’examinant avec un des coordinateurs désigné par le Ministre, notre surprise a été grande de découvrir pratiquement un « copier-coller » de la charte d’une ASBL membre du CNPA.

Quant à notre incommensurable incapacité d’obtenir quoi que cela soit et bien, je suis assez fier de moi. J’ai peu d’échecs et pas mal de trafiquants ont été inculpés sur base des dossiers que j’ai transmis à la Justice.

En ce qui vous concerne, si vous étiez un rien intelligent, vous réaliseriez qu’il y a effectivement des charges qui pèsent sur Wissam, mais que vous êtes plus responsable que lui. Reconnaître que vous connaissiez déjà Wissam alors qu’il portait encore des culottes courtes, que vous en avez fait votre amant et avez exploitez avec lui un élevage clandestin de chihuahuas avec les circonstances aggravantes qu’il était mineur d’âge va vous conduire direct au banc des accusés. Si Monsieur Dumond et le Procureur du Roi avaient été informés de cette situation dès le début de l’instruction, la situation serait probablement toute autre.

 

  1. Mais contrairement à ce que vous pensez, la Justice n’est pas totalement aveugle et comme dirait une journaliste que vous avez rencontrée « votre dossier sent le soufre » et elle ne veut plus avoir à faire à vous.

Combien y a-t-il eu de Wissam ? Les informez-vous des risques qu’ils courent ? Sincèrement, je pense que vous êtes mal barré. En fait, avec tout votre blabla, vous êtes dans la situation du crapaud qui voulait atteindre la taille du bœuf. Vous savez comment il a terminé !

Ah, j’oubliais tous les antécédents de Wissam de sa famille ainsi que les vôtres me sont connues donc rien ne m’étonne. Facile pour moi, j’ai été pisse-copie pour les plus grands de la presse écrite. La Justice me lit en copie et avec votre dernier commentaire, vous nous avez apporté les derniers éléments qui nous manquaient. Merci pour ce service.

 

Ecrit sans aucune haine, sans colère, sans état d’âme mais totalement lucide.

 

Léon ROUFOSSE