La dictature Ecologique ne sauvera pas la planete

Leon Roufosse© 2009 • Privacy Policy • Terms of Use

LES ENQUETES DE JACQUES LAFOUINE

 

La dictature Ecologique ne sauvera pas la planête

 

Réflexions

 

La lutte contre le réchauffement climatique est l’affaire de tous. Si l’on en croit les travaux des groupes d’experts intergouvernementaux sur l’évolution du climat et de ses conséquences, si nous ne changeons pas notre manière de nous chauffer, de nous déplacer, nous allons à la catastrophe et si le vrai problème était un motif tabou : « la surpopulation ».

 

Il est évident que la population mondiale ne peut continuer à s’accroître indéfiniment. Il est évident que dans bien des pays la population dépassent largement le maximum admissible et malgré les problèmes de famine et les enfants qui meurent par millier, les couples comptent souvent 7 à 12 enfants dont le seul avenir sera d’émigrer comme réfugié économique pour grossir les rangs des chômeurs ou d’assistés d’un pays lui-même en difficulté.

 

Si nous laissons aller d’ici 2060 la population mondiale sera de ± 15 milliards d’habitants, soit trois fois plus que ce que la terre peut raisonnablement nourrir.

 

C’est intolérable de penser que nos petits-enfants mourront de faim. Il faut absolument leur éviter cette souffrance. La première chose raisonnable à faire est de freiner la croissance de la population. Il faut que tous les gouvernements de la planète se saisissent du problème et prennent des mesures pour réduire les naissances partout dans le monde.

 

Il faut enseigner à nos enfants que devenir parents implique une grande responsabilité sociale et qu’il est préférable, pour l’avenir des générations futures, à partir du 3ième enfant, de faire appel à la contraception, voir la stérilisation. Ces mesures peuvent paraître dures, voir inhumaines, mais elles sont les seules réellement efficaces pour l’avenir de nos enfants. Les seules réellement efficaces pour éviter la dictature écologique que certains voudraient instaurer et qui sont inefficaces sur le long terme.

 

Plus vaste est la communauté, plus il faut déboiser des forêts pour les transformer en terrain à bâtir, en vaste parking, en autoroute. Sans compter que pour déboiser on extermine les animaux sauvages et même les indigènes habitant ces lieux.

 

Chaque jour, partout dans le monde, des milliers d’hectares de terrains agricoles et de cultures sont convertis en terrain à bâtir, en autoroute, en parking.

 

Pour le surplus, la recherche de matériaux de remplacement, le développement des technologies de remplacement d’énergie, la restriction des moyens de transport individuel, le développement d’un trafic rapide de masse, le recyclage propre des ordures ménagères sont surtout une question de l’éducation du public toute génération confondue et de l’évolution future de la technologie.

 

Nos hommes politiques et les gourous de l’écologie ne partageront pas mon analyse. Ils veulent pour nos enfants un monde uniforme ou la couche sociale dirigeante possèdera toutes les commodités automobiles, hélicoptères, jets privés, appareils ménagés pendant que le peuple vivra dans la dictature écologique.

 

Si vous avez un doute sur ce qui précède, observez nos très riches politiciens tout parti confondu. Ils possèdent tous plusieurs grands immeubles, des châteaux pour certains. Ils ont en moyenne trois grosses limousines, ils ne se déplacent qu’en avion ou en hélicoptère, ils dépensent des sommes folles en nourriture et en alcool et utilisent tous les arguments pour nous imposer une dictature écologique qu’eux-mêmes ne respecteront jamais.

 

Que faut-il en penser ?

 

 

Jacques LAFOUINE

 

 

Cliquez sur l'image