L';asphalte met l'hydrologie en danger

L'asphalte met l'hydrologie en danger

Les grandes étendues d'asphalte de béton limite la disponibilité d'eau dans les sols. Telle est la conclusion d'une étude internationale basée sur de nombreuses observations obtenues par satellite et grâce à un important réseau de 235 tours à flux.

Les chercheurs ont démontré que les régions comme l'Australie ou l'Amérique du Sud, où des milliers d'hectares de forêts et de terres agricoles ont été transformées, en peu de temps, en zone d'habitats avec autoroutes, vastes parkings, buildings ect...., connaissent une très forte réduction de l'humidité des sols.

Ces vastes étendues de revêtements étanches conduisent également au tarissage de nappes phréatiques dont le renouvellement est assuré par la pénétration des pluies dans les terres. De plus, ces vastes étendues d'asphalte sont réfractaires, reflètent les rayons du soleil et restituent sa chaleur ce qui rend l'air ambiant beaucoup plus chaud. De quoi expliquer l'échauffement de la température de l'air dans ces régions. L'assèchement des sols autour des grandes zones urbaines a été également constaté.

Si l'homme continue à transformer forêts et zones agricoles en terrains à bâtir, il va finir par transformer notre bonne vieille terre en un vaste désert où toute productivité agricole ou autres seront impossible

L'humidité des sols et la quantité d'eau des nappes phréatiques baissent partout dans le monde de façon alarmante.

Au centre de la commune de Les Saintes-Marie de la Mer se trouve une très grande place recouverte d'asphalte. En 2010, en me promenant dans cette belle ville, j'avais été interpellé par la différence de chaleur régnant sur cette place par comparaison au reste de la ville (7 à 8 degrés d'écarts). Un rapide examen m'apporta la réponse. Sous les rayons du soleil, le sol réfléchissait la chaleur, il était à ce point chaud qu'il était impossible à mon chien d'y poser ses pattes.

En 2012, en Bretagne et en Normandie, des milliers d'hectares de terres agricoles et mêmes de forêts sont proposés à la vente pour être transformés en vaste zoning commerciale.

Plus près de nous, les inondations répétées de la place Saint-Lambert non sans doute pas échappé à votre vigilance. Les anciens se souviendront qu'il y a quelques dizaines d'années, la place Saint-Lambert était recouverte d'une belle végétation ; arbres, pelouses, fleurs.... Le tout a été recouvert d'asphalte et de béton avec les conséquences que l'on connait, inondations à répétitions.

                                                                         Christiane ROUFOSSE