IL ÉTAIT UNE FOIS

Leon Roufosse© 2009 • Privacy Policy • Terms of Use

IL ÉTAIT UNE FOIS !

 

Je viens vous conter l’histoire d’un machiavélique menteur, manipulateur, lâche, affabulateur, raciste, illettré, démoniaque, calomniateur, marchand de chihuahuas clandestin sans aucune légitimité dénommé Tirpon le Dindon, le roi des fous et fou du roi.

 

Début février 2015, profitant d’une situation dont il est le seul responsable et dans un contexte de rupture, il se lançait dans la médiation accusant à corps et cris les gens des Pays de l’Est accentuant son côté raciste alors qu’il connaissait pertinemment la vérité depuis le début de cette triste affaire et qu’il avait déjà déposé une plainte à l’encontre de son jeune ex-amant. Continuant sur sa lancée mercantile, il lance des cagnottes pour tout et n’importe quoi, des comptes en banque divers annoncés pour certainement plus aisément dissimuler les fortes rentrées d’argent offertes par les naïfs qu’il faisait pleurer dans leur chaumière, s’engraissant de cadeaux sucrés qu’il quémandait sans vergogne, se faisant également offrir quantités d’articles de luxe pour chihuahuas par ses brebis galeuses marchandes de chihuahuas en batterie. La prostitution canine rapporte des royalties et fait vivre chichement ces macrelles pour animaux ce qui leur permet de gâter leur bouc chéri de Huy qui n’a nul besoin de ce genre de cadeaux. D’ailleurs que je sache, ses petites tirelires sur pattes lui auraient été volées !

 

Ayant rameuté les réseaux sociaux et constaté que le résultat inespéré qu’il attendait (il espérait le monde entier à ses pieds) était désastreux et décevant, il trouve la parade et grâce aux énormes sommes engendrées par ses cagnottes, il achète des milliers de « J’aime » et fait miroiter sa soi-disant suprématie pour entamer une vaste propagande de menaces à l’encontre de tous ceux qui ne lui seraient pas soumis. Son melon gonflant, il se sentit investi d’une mission de prêtre défroqué qui n’y croyait pas mais qui s’ingéniait à le faire croire aux autres par des messes virtuelles à caractère sectaire et de l’argent bien réel.

 

Youpi, ça a marché : pognon, fleurs et tutti quanti pour le clown de Huy pour le pauvre soi-disant désespéré qui pleurnichait, mentait et manipulait les médias pour se faire interviewer. Grace à ses cagnottes, il a pu acheter quantité de boites de Kleenex pour recevoir les pauvres journalistes qui ont chutés dans ses pièges comme des bleus.

 

Car lui qui n’est rien, qui ne sait rien, qui ne comprend rien désirait plus que tout que l’on parle de lui. Pour se faire, il n’aurait reculé devant rien : mensonges, manipulations, escroqueries, calomnies, création d’une bande de marginaux qu’il nomme sa meute, des marginaux en tout genre qui comme lui profitent de l’occasion pour frimer sur les réseaux sociaux ce qu’ils ne peuvent faire dans la réalité. Cette bande, une milice privée et violente, doit toujours être disponible pour défendre Tirpon le Couillon car lui ne se salit pas les mains. La sale besogne s’est pour ses brebis galeuses, son troupeau qu’il incite à une haine sans nom à l’encontre des intelligents, ceux qui ont compris et qui ne veulent plus entendre parler de cet escroc.

 

De dérives en manipulations, d’insultes, de calomnies etc…. Tirpon se fait plaisir lui qui représente l’archétype du minable dans toute sa splendeur. Lorsqu’il se regarde dans son miroir, il se compare à Jules César avec sur sa tête, les cheveux en moins, la couronne de laurier qu’il pourra ensuite, lorsqu’il aura fini de pavoiser et de son piédestal chuté, se la bouffer et peut être même s’étouffer avec. Sachant à quel point il est débile et ignare, tout est possible MDR !

 

Après ce petit rappel, je me suis penchée sur votre ridicule et décadent charabia du 25 août 2015. Je vous avoue qu’étant donné notre grande intelligence, nous avons-nous-mêmes, nos amis et nos bénévoles eu du mal à déchiffrer, même l’interprète appelé à la rescousse a peiné entre vos montagne de fautes d’orthographes, la divagation du peu de neurones qu’il semble vous rester, sans oublier votre immense fébrilité et agressivité à essayer de trouver les insultes les plus répugnantes. Dur, dur à comprendre !

 

Je vais donc répondre à ce que nous considérons comme un torchon digne de votre éducation ratée et votre besoin urgent de soins dans un établissement spécialisé dans la psychiatrie.

 

  1. En ce qui concerne la vérité, je n’ai nul besoin de brûler pour la révéler. Toutes les personnes intelligentes qui ont eu connaissance de votre saga le peuvent également. Quant à vous, grâce à vos actions abjectes, nul doute que vous brûlerez en enfer. Il est préférable d’être comparé à Jeanne d’Arc qu’à Satan.

 

  1. Pauvre con ignare, tout le monde savait que dans votre plainte vous accusiez votre ex-jeune compagnon. Le pauvre gars qui s’est bien fait piégé. Et bien sûr, que vous pouviez le chanter au JT, mais cela aurait contrecarré vos plans et ne vous aurait pas permis de manipuler, plumer et balader un tas de naïfs et de crédules et de vous sortir de votre mouise. Tiens, pourquoi avoir fait croire sur les réseaux sociaux ainsi que dans les médias que vous aviez été victime des gens des Pays de l’Est et ce pendant des mois alors que vous connaissiez la vérité depuis le premier jour de la disparition des chihuahuas ?

 

  1. Vous savez de quoi vous parlez lorsque vous traitez les gens de « pomme blette ». C’est certainement en visitant votre miroir que vous y avez pensé car vous en êtes le reflet parfait.

 

  1. Votre prose abracadabrante concernant les personnages appréciés du Muppets de Bressoux nous laisse perplexe sachant que, question Muppets, à vous tout seul vous représentez non seulement les vieux, la perversité en plus, mais également la cochonne et question de show, vous vous y connaissez !

 

  1. En ce qui concerne votre ex-jeune compagnon, votre jalousie maladive et votre caractère possessif entre autres vous ont poussé à le piéger. Souvenez-vous qu’à maintes et maintes reprises vous avez affirmé lui pardonner parce que vous espériez que, malgré ce qui s’était passé entre vous, il reviendrait comme un petit chihuahua docile chez son maître. Mais malheureusement pour vous et heureusement pour lui, il a refusé. Ce qui ne vous permet aucunement de l’insulter car vous avouez que vous connaissiez son jeune passé lorsque vous l’avez mis dans votre lit malgré son jeune âge et le vôtre bien avancé. Cela ne vous a nullement dérangé et vous connaissant comme nous avons appris à vous connaitre, cela devait vous exciter un max, vous avez consommé pendant 4 ans lui volant sa jeunesse.

 

En ce qui me concerne, Sam nous a convaincu de son innocence. Pourquoi et comment aurait-il emmené une meute de chihuahuas par le chemin de fer sans se faire repérer. Connaissant les chihuahuas, nous savons pertinemment bien que ce sont des petits chiens actifs et aboyant surtout s’ils sont séparés de leur maman pour certains. Son récit est plausible mais semble vous préoccuper au point de vous faire perdre toute notion correcte.

 

Nous ne jugeons pas ce jeune homme sur son passé. Celui-ci lui appartient, mais nous avons bien compris qu’il était plus crédible que vous et que l’étalage de sa vie privée sur les réseaux sociaux par vos soins et uniquement pour une vengeance et une haine immonde n’avait rien à faire dans une histoire de chiens aussi triste soit elle.

 

Nous ne comprenons pas votre comportement abject envers votre ex-compagnon. Un jeune homme auquel il y a peu vous demandiez en le suppliant de reprendre la vie commune alors que sur les réseaux sociaux vous appelez à la vindicte populaire de votre bande d’ignares envers Sam, les incitant à son lynchage. Il était donc temps que votre ex-jeune compagnon sorte de l’ombre pour se défendre.

 

Enfin, au lieu de le livrer à votre meute excitée, vous auriez mieux fait de lui signaler ce que l’une de vos élèves nous a affirmé à savoir que vous l’aviez émue lorsque vous lui aviez confié être atteint d’une maladie incurable et contaminante et que vous aviez exprimé le souhait de vous pendre. N’oubliez pas de signaler ces faits lorsque vous irez au Tribunal !

 

  1. Mon orthographe me satisfait pleinement. Lorsque je prends connaissance du vôtre, si l’on peut d’ailleurs encore appeler cela orthographe MDR.

 

  1. Notre ASBL Love Animals est détentrice d’un site plus qu’édifiant sur nos actions et notre fonctionnement ainsi que tous renseignements concernant notre légitimité. Mettez vos lunettes, prenez un cours de français et rassemblez ce qui vous reste de neurones. Rendez-vous sur notre site et arrêtez de vous rendre plus malade que vous n’êtes en nous jalousant. Vous pouvez danser sur votre tête, vous ne nous arriverez jamais à la cheville. Vous êtes voué par votre personnalité et l’appât du gain à des échecs les plus cuisants les uns que les autres. Désolée mais dans le réel, c’est ce que la plupart des gens pense. A ce propos, nous apprenons que votre ami devenu votre ennemi et redevenu votre ami, le dénommé Ramon, rejoint votre troupeau de brebis galeuse. Aurait-il enfin compris ce que vous lui reprochiez agressivement de ne pas savoir, c’est-à-dire pour rappel, la méconnaissance des glandes anales. Je suppose qu’en grand expert de la chose comme vous vous décrivez vous-même, vous lui avez donné un cours pratique accéléré. Mais au fait, c’était les siennes ou celles de ses petites tirelires sur pattes ? Je constate enfin que vous évoquiez votre départ, peut-on comprendre que le roi se meurt ?

 

  1. Seule une personne qui crie victoire et qui fait preuve d’un cynisme digne d’un individu perturbé effroyablement peut être comparé à vous, car un incendie criminel ne fait rire que celui qui en a été l’instigateur ou celui qui a commis l’acte. Car, mettre le feu en-dessous du véhicule en toute connaissance de l’endroit où se trouve une bonbonne de gaz et enclavé entre un véhicule d’intervention extrêmement important et utile à la protection et le sauvetage de nos amis les animaux en détresse ainsi qu’un véhicule qui a également une utilité importante pour notre ASBL est un acte de folie. Dans notre malheur, nous avons évité des victimes et des dégâts qui auraient pu être extrêmement dramatiques si nous n’avions pris soin de fermer la bonbonne de gaz. En cas d’explosion, il nous a été informé que les premières victimes auraient été les courageux hommes du feu, certains de nos voisins, sans oublier les usagers de la route, notre rue étant fréquentée presqu’autant la nuit que le jour. L’avis des professionnels est sans équivoque, le pyromane a bien essayé de faire exploser nos véhicules mais également dégradé notre maison et nos structures. Depuis des mois, vous jalousez ignoblement notre ASBL, vous nous insultez, vous nous calomniez, diffamez, menacez, vous incitez à une haine innommable votre horde de marginaux, nous envoyant même des individus dont l’une de vos groupies vulgaire et excitée pour nous menacer de représailles jusqu’à notre domicile. Pauvres cons qui se croient non identifiés, sans oublier vos lavages de cerveau à vos vieilles cougars sur le retour, vos papounettes loin d’être nettes mais jouissantes et fantasmantes, qui vous racontent ce que vous voulez entendre à notre sujet ce qui vous permet sans preuve aucune de nous calomnier, diffamer et de nuire non seulement à notre ASBL mais également à nous-mêmes et les gens dévoués qui bénévolement donnent leur temps et leur amour à nos amis les animaux en détresse. Votre haine vous aveugle et si vous pensez vous en tirer sans un règlement en justice, vous vous trompez dangereusement car vos incitations à la haine criminelle ne passe pas inaperçue par les instances supérieures concernées auprès desquelles nous avons déposé plainte pas plus d’ailleurs qu’auprès de nos avocats dont vous allez recevoir de leurs nouvelles. Nous vous considérons comme étant l’instigateur des graves menaces et actes criminels crapuleux dont nous sommes les victimes et qui sont sans nul doute liés et la conséquence des dégâts et pertes importantes pour notre ASBL et pour nous-mêmes et par la même occasion nos petits protégés. Votre cynisme et celui de vos assistés sociaux prouvent que vous êtes capable de tout. Ne parlez surtout pas d’amour des animaux, vous qui ne pensez qu’à détruire les vraies amis des animaux et les livrer à votre meute des réseaux sociaux pour cas sociaux.

 

D’ailleurs, je voudrais remercier tout votre groseillier qui nous offre leurs messages calomniants, diffamants sans oublier leurs menaces de représailles physiques entre autres de nous fournir matière et preuves dans la constitution de notre dossier déjà volumineux et qui arrive à son apogée suite à cette attaque plus que barbare et criminelle que nous venons de subir. Je tiens également à vous signaler qu’une plainte en diffamation sera déposée sur chacun(e) des débiles qui peuple votre meute en perdition qui nous accuserait d’avoir mis en danger des innocents pour percevoir une prime d’assurance car malheureusement pour votre gouverne et malheureusement pour nos petits protégés, nous avons beaucoup perdu. Notre véhicule incendié n’étant pas tout jeune, nous ne pouvions l’assurer contre l’incendie donc soyez prudent, cela pourrait vous coûter cher en dédommagements.

 

Vous êtes un pauvre malade jaloux et abject. Chaque mot qui sort de votre bouche dégage une odeur pestilentielle. Vous vous croyez persécuter au point d’ignoblement nous accuser d’homophobie. Mais pauvre taré, regardez-vous ! Vous n’assumez même pas votre homosexualité et votre attirance pour les deux sexes n’arrange rien. Vous êtes un refoulé et vous voulez le faire payer aux autres.

 

Lorsque j’écris en réponse à vos insultes à connotations sexuelles écœurantes, que mon mari ne désire pas que vous l’embrassiez sur la bouche car il en aurait la nausée, c’est que vos propositions écœurantes nous avaient choqués. Vous êtes homo et nous hétéros, chacun sa vie, mais alors respect d’autrui s’il vous plait. Lorsque vous vous permettez des insinuations à mon égard et des supputations gênantes, j’écris bien sûr que j’ai un homme, un vrai, et que je suis comblée. Où sommes-nous homophobes ? Je ne fais que répondre à vos insultes ! Pour le reste de vos insinuations, adressez-vous à votre ancien fan club. Celui qui vous a quitté et qui malheureusement pour vous ne se prive pas de vous faire connaître.

 

Après avoir conversé avec des personnes homosexuelles, j’ai compris que vous n’étiez pas très populaire, sachant qu’elles disent être scandalisées de votre comportement, votre vulgarité indécente et provocante. Ils sont persuadés que vous êtes un débile non représentatif des homos et qu’au contraire, vous les ridiculisez et les mettez en danger de l’homophobie. Ces personnes ont accepté de témoigner en notre faveur.

 

Nous n’avons pas d’apriori et répondant à vos accusations que nous serions racistes, bien que cela ne vous regarde pas, sachez que notre famille est multiculturelle et que nous avons de nombreux amis de toutes nationalités aussi bien en Belgique qu’à l’étranger.

 

Nous constatons que vous êtes tombés bien bas. Votre meute s’est disloquée, seuls sont restés les mercantiles et ceux qui se font remarquer par leur grossièreté, leur violence et leur manque de cerveau. Les autres se sont enfuis par peur ou par intelligence lorsqu’ils ont compris qu’ils s’étaient fait avoir. Il faudra donc repuiser dans vos cagnottes pour racheter des « J’aime » si vous ne voulez pas passer pour le ringard que vous êtes.

 

Vous vous prenez pour le gourou malsain de Huy, pour le bélier de vos brebis galeuses et pour le coq de votre basse-cour, mais vous êtes bien trop moche et déplumé pour que vos poules vous fassent honneur. Pauvre petit Calimero pitoyable qui va encore pèter les plombs lorsqu’il va prendre connaissance de ma très intelligente et compréhensible réponse.

 

Nous pourrons d’ailleurs en discuter de visu avec vous car vous nous faites savoir que vous venez arpenter la batte. Nous pourrons par la même occasion vous donner les définitions de manipulateur, affabulateur, menteur, escroc, fourbe, lâche, mythomane, jaloux et j’en passe.

 

Votre cas dépend de la médecine psychiatrique, il y a urgence. Vous devriez arrêter de parler des malheureuses petites chihuahuas qui vous servaient de gagne pognon. Leur souffrance de mettre des petits au monde ne vous a certainement jamais inquiété. Peu importe d’abord que vous encaissiez l’argent du fruit de vos cruautés envers des pauvres petites chiennes toujours clandestin et net d’impôts.

 

Pendant que vous y êtes, arrêtez également de dénigrer, harceler, calomnier, menacer des ASBL qui ont gagné leur légitimité grâce à leur dévouement et l’amour des animaux. Celles qui ont pour mission la sauvegarde et le bien-être des animaux en détresse. Vous qui, dont les paroles sont toujours les mêmes « donnez, donnez, donnez », avez-vous effectué la demande de commodo incommodo, avez-vous reçu le permis d’environnement et le numéro d’agrément HK autorisation et préalable à l’exploitation d’un refuge. Non ! Alors encore une fois vous êtes dans l’illégalité et à nouveau, vous leurrez les gens et les animaux. Vous serait-il possible de balayer devant votre porte ?

 

 

La petite Cricri de Bressoux où ça sent bon l’honnêteté, la vérité et l’amour des animaux.