EXTERMINATION RADICALE ET ILLEGALE DES PIGEONS DE LA RUE DU PONT DE SOUVRE A VISE

Leon Roufosse© 2009 • Privacy Policy • Terms of Use

EXTERMINATION RADICALE ET ILLEGALE DES PIGEONS DE LA RUE DU PONT DE SOUVRE A VISE

 

Suite au massacre des pigeons de la rue du Pont de Souvré à Visé à la demande de la Ville de Visé, un Rambo de pacotille et ridicule massacre sans état d’âme des dizaines de malheureux pigeons.

 

Ce triste individu démontrait une grande fierté et une barbarie sans borne à faire souffrir des animaux dans défense et unanimement appréciés. Ces malheureux oiseaux n’avaient aucune chance sachant qu’ils étaient chassés lorsque la nuit était tombée. Aveuglés, ils ne pouvaient fuir, touchés presque à bout portant, ils allaient agoniser pour la plupart. Dieu seul sait où et pendant combien de temps.

 

Le 28 septembre 2014, je me suis rendu rue du Pont de Souvré où j’ai pu constater le carnage. Il restait plus de 30 cadavres de pigeons, éparpillés parmi les ordures jonchant le sol sous le pont qui en hauteur mesure plus ou moins 4 mètres au point le plus haut. Le fameux Alkemade ne risquait pas de rater les pauvres bêtes.

 

Je me demande d’ailleurs comment dans le groupe de pigeons et dans la pénombre, il a pu distinguer des pigeons bagués et les faire fuir sans faire s’envoler le groupe complet.

Le résultat est insoutenable car les pigeons n’avaient aucun de blessures à la tête mais ils avaient des plaies très importantes dans leur corps. Certains étaient même coupés en deux sur la longueur.

 

Monsieur Taupe porte bien son nom si l’on en juge par ce qu’il raconte, évidemment la tête est bien plus petite que le reste. J’ai pu constater également que les pigeons avaient dû agoniser dans d’atroces souffrances, les yeux exorbités et le bec grand ouvert démontrent cette souffrance. Les pauvres pigeons n’ont même pas été ramassés ! Les enfants qui passent doivent assister à ce macabre spectacle.

 

Très clairement, la loi d’août 1986 relative au bien-être animal (article 1) a été violée et bafouée.

Le responsable de la ville de Visé qui a commandité ce massacre (un personnage élu par certains) se doit de connaître les lois et de les respecter comme tout citoyen digne de ce nom. Il devrait donc en toute normalité être poursuivi pour avoir donné ordre de faire périr sans nécessité des animaux ou de leur avoir causé sans nécessité des lésions, mutilations, douleurs ou souffrances. De même, pour Alkemade qui a massacré au moins 200 pigeons d’après ses propos et ses aveux.

Nous espérons que la justice leur demandera des comptes rapidement.

 

Je vous laisse juger des photos que j’ai prises sous le pont de Souvré (les photos choisies pour ne pas choquer les âmes sensibles).

 

Je voudrai faire remarquer aux ennemis des pigeons tout d’abord qu’il faudrait peut-être s’occuper du manque de respect de certains humains, entre autre en-dessous du pont de Souvré. On retrouve pas mal de saletés, canettes, morceaux de verres, déchets en tout genre.

 

Avant de terminer, je voudrai citer quelques phrases d’un article paru dans le World Periodical press News de juin 2014 concernant le pigeon soldat. Je vous conseille de la consulter, il est de Michel Philipe. Quelques faits d’armes, le plus connu de ceux-ci, mais peut-être pas le plus héroïque, c’est le pigeon Vaillant qui fut lâché du fort de Vaux, le 4 juin 1916, il sauva l’unité Raynal, à leur mémoire divers monuments font honneur aux pigeons Héros.

 

Vous comprendrez après avoir lu cet article pourquoi il aurait été plus humain de trouver comme d’autres villes une solution d’éloignement des pigeons au lieu d’organiser un tel massacre dans des circonstances aussi crapuleuses qu’atroces. D’un côté, nous avons des mercantiles sans état d’âme et de l’autre un individu, si l’on en croit ses discours, qui semble avoir une grande jouissance de tuer, de massacrer, de voir souffrir et agoniser des malheureux animaux si gentils et si fidèles.

 

Les maitres mots de cette situation sont Horreur, Ecœurement et Monstruosité.

Plusieurs de mes collègues, correspondant de presse, se sont montrés désireux de faire connaître ce genre de procédé des plus ignobles sachant que le tueur dénommé Alkemade de Lavaux-Sainte-Anne ne cache pas son addiction et sa fureur à massacrer des tas d’espèces d’animaux (voir son site Internet).

 

Le pigeon est-il plus nuisible que tous ces individus qui se permettent de laisser leurs déchets un peu partout, que ceux qui lors de sorties bien arrosée urinent, vomissent, défèquent même jusque dans des rues très fréquentées. Il y a aussi ceux qui abandonnent des seringues dont les aiguilles sont toujours sanglantes et je passerai les déchets écœurants de ceux qui se permettent des exactions sexuelles avec les ordures qui en résultent dans bons nombres d’endroits.

Alors pour ceux-là, que préconisent les élus ?

 

 

Christiane ROUFOSSE

Gi Joe est un fameux pigeon voyageur de la Seconde Guerre mondiale. Une brigade devait attaquer la ville de Colvi Vecchia, en Italie, au matin du 18 octobre 1943, après un bombardement américain destiné à réduire la défense allemande.

 

Or les Allemands battirent en retraite et les Anglais purent entrer dans la ville plus tôt.

 

Malheureusement, les communications ne fonctionnaient pas et le bombardement était toujours programmé. Gi Joe fut envoyé avec un message demandant de stopper le bombardement. L’oiseau arrivé à la base juste à temps.

 

Le Général Mark Clark, Commandant de la Cinquième Armée, estima que Gi Joe avait sauvé la vie d’au moins 1000 soldats alliés.