EU ; Les experts de Boston dans la tourmente !

Leon Roufosse© 2009 • Privacy Policy • Terms of Use

ETATS-UNIS : Police : les experts de Boston dans la tourmente

 

Vous êtes nombreux à suivre les séries américaines les Experts.

 

A Boston, les services scientifiques, les experts, les vrais, pas ceux de la TV, sont au centre d'un scandale après la découverte de l'incompétence d'un des leurs.

 

Annie Dookhan, âgée de 34 ans, faisait partie des experts du Laboratory Institut de Boston depuis 2003 sans jamais avoir suivi la moindre formation en chimie, en science ou en médecine. En fait, elle ne possédait aucun diplôme.

 

Pendant 10 ans, son incompétence a totalement échappé à toute la hiérarchie du Hinston State Laboratory Institut de Boston.

 

C'est la rapidité surprenante avec laquelle elle réalisait ses analyses qui a finalement retenu l'attention d'un de ses collègues. Il parvenait péniblement à effectuer mensuellement 150 analyses approfondies alors qu'elle en réalisait en moyenne 500.

 

Mise sous surveillance, elle a été prise en flagrant délit en train de manipuler certains résultats d'analyses, voir en faire disparaître d'autres. Dans la foulée, l'enquête a mis à jour qu'elle n'avait pas la moindre formation pour occuper ce poste à hautes responsabilités.

 

Arrêtée en septembre 2012, elle risque entre 20 et 30 ans de prison. Les enquêteurs estiment qu'elle a traité environ 65000 échantillons relevant de plusieurs dizaines d'affaire. Ce n'est pas moins de 1200 personnes qui ont été incarcérées sur base des résultats présentés par notre fausse experte chimiste.

 

Compte tenu de la remise en question de la fiabilité des analyses faites par Annie Dookhan, des dizaines d'avocats vont réclamer la révision du procès de leur client, voir la remises en liberté immédiate pour vice de forme.

 

L'affaire donne lieu à un véritable scandale public à Boston. Imaginez ! environ 1200 personnes peut être innocentes en prison.

 

Une juge d'instruction liégeoise, Madame G., a pour habitude de dire : il vaut mieux un coupable en liberté qu'un innocent en prison. Et à la lecture de ce qui précède, on réalise combien elle a raison.

 

Christiane ROUFOSSE