9 PETITS CHIHUAHUAS VICTIMES DE L’AMOUR VACHE

Leon Roufosse© 2009 • Privacy Policy • Terms of Use

Ça y est, le secret de polichinelle est enfin passé dans la presse !

 

L’histoire :

 

Le 07 février 2015, un individu criait aux loups en affirmant que 9 de ses chihuahuas avaient disparu de son domicile pendant son absence. Le ou les voleurs étant honnêtes lui avait laissé une petite chienne, la dixième donc ! Cet individu faisait part de sa soi-disant détresse dans la presse, mais surtout sur les réseaux sociaux faisant pleurer dans certaines chaumières, surtout celles des naïfs en tout genre, sans oublier les nombreux jouisseurs particuliers, marchands de chiens véreux et clandestins éleveurs de chihuahuas en batterie qui ont compris très rapidement qu’ils pouvaient profiter de cet individu connu sous le nom de Ponthir Philippe que nous appellerons Jekill et Hyde car très mitigé.

 

D’un côté, il pleurnichait quand cela l’arrangeait et de l’autre, il se prenait, et se prend toujours, pour le vengeur masqué levant une armée virtuelle pour après moultes prières et incantations en tout genre appeler sa meute comme il l’appelle à la vindique populaire, de façon à menacer tous ceux qui risqueraient de mettre à mal ses manipulations, ses mensonges et ses actions mercantiles.

 

Des pauvres gens qui ont osé le braver, ont d’ailleurs été agressés verbalement, menacés gravement. Certains ont même été agressés sur leur lieu de travail, d’autres ont violement été interpellés pour qu’ils fassent la preuve d’être les propriétaires de leurs chihuahuas. J’ai assisté personnellement à ce genre de faits et mis en garde les cerveaux fêlés qui se prenaient pour des guérilleros de la venue de la police. Des faits perpétrés par des fidèles illuminés, des demeurés accros, des groupies excitées de frère Ponthir, celui-ci se sentant obligé de provoquer des haines mais lui personnellement ne se salissant pas les mains. Père Ponthir s’est même permis de boycotter certains médias qui lui avaient refusé une interview, entre autre le magazine Moustique au profit de Ciné Télé-revue. Les déviances manipulations, leurres, menaces, mensonges en tout genre sont légions dans cette affaire.

 

Vol de chihuahuas qui d’après Ponthir étaient des malheureux recueillis. Erreur puisqu’ils viendraient d’après toujours les dires de ce dernier d’élevages de Russie et d’Espagne. Erreur encore puisque Khimi entre autres aurait été vendue par une éleveuse belge à l’ex-compagnon de père Ponthir, le dénommé Sam, après l’expertise du petit chien par Ponthir et payé 800 euros toujours par Sam.

 

Lors du vol des chihuahuas chez Papou Priou (alias Ponthir), il n’y aurait pas eu effraction et ce dernier a donc soupçonné son ex ce qu’il a oublié de dire à ses fidèles, les conduisant sur de fausses pistes. Encore un mensonge puisque son ex avait dès le début de l’affaire été perquisitionné. Il a aussi omis de la signaler à ses moutons. Cela se comprend aisément lorsqu’on le constate qu’il manipule les naïfs comme des marionnettes et que grâce à cela et ses larmes de crocodiles les cagnottes en tout genre ont fleuri pour tout et n’importe quoi sur les réseaux sociaux entre soi-disant payement pour des affiches, une rançon alors que personne n’avait revendiqué l’enlèvement des petits chiens (trop de films Monsieur Ponthir, cela abruti !), soins et médicaments pour un petit chien appelé Mister D et qui serait entre autre un petit chien donné à frère Ponthir par une éleveuse belge. Il serait donc sa propriété, sans oublier une cagnotte importante pour offrir un chihuahua à un fonctionnaire qui aurait perdu son chien. Je pense et je ne suis pas la seule que cela s’appelle d’ailleurs corruption de fonctionnaire.

 

Les naïfs au dernier degré lui offre de nombreux et luxueux accessoires pour chihuahuas, il pourrait d’ailleurs concurrencer certains magasins spécialisés (qui payent taxes et impôts) d’après les photos postées par ses soins sur Facebook.

Le plus risible si cela n’était aussi dramatique, c’est que certains poussent les choses à lui envoyer pralines, peluches, fleurs, friandises diverses et j’en passe et des meilleures, sans oublier les confortables dons en argent. Certains trop riche verseraient même sur le compte du manipulateur sacralisé.

 

Nous n’avons toujours pas compris la démarche serait-ce que tous ces cadeaux importants allègeraient considérablement la peine de la perte d’une meute de malheureux chiens.

 

L’ignominie de la situation c’est que Père Ponthir depuis le début de cette affaire manipule et se moque de sa meute, des médias, de l’opinion publique entre autres. Pourquoi mentir aussi effrontément à des gens qui ont, eux, de la peine pour les petits chiens et qui au départ proposaient leur aide en les envoyant sur de fausses pistes, l’individu est machiavélique.

 

Papou Priou tel un menteur déguisé en prédicateur a organisé une meute virtuelle sur les réseaux sociaux, une meute composée à majorité de marchands de chihuahuas comme lui aussi mercantiles que clandestins.

 

Heureusement, il y a aussi des intelligents, ceux que l’on dupe un certain temps et qui réalisent qu’ils se font avoir alors ils restent en standby pour se marrer. Surtout, lorsqu’ils ont écouté Saint Ponthir raconter que les petits chiens coutaient entre 4000 et 5000 euros alors pourquoi faire l’aumône, se faire offrir tant d’argent et de luxure lorsque l’on peut s’offrir des petits chiens de luxe. Il horrifie également bon nombre de personnes lorsqu’il affirme qu’en tant que particulier, il a le droit de faire deux nichées par an. Cela est aberrant lorsque l’on connait le nombre de petites chiennes que possède Ponthir. Cela fait sacrement un grand nombre de chiots, des petites tirelires sur pattes, une véritable petite meute et une mine d’or pour leur propriétaire.

 

Il est d’ailleurs assez bizarre que possédant des chiens d’une telle valeur un système de sécurité n’aie pas été mis en place, entre autres une ou plusieurs caméras. Il y en a de très efficaces et à des prix abordables et le changement du barillet de la serrure aurait été utile.

 

Il est difficile de lui poser les questions gênantes car il se permet de refuser et de bloquer systématiquement les avis négatifs, ceux qui risquent de le mettre en difficulté, il ne laisse passer que les « J’aime ».

 

Dans ses homélies, Père Ponthir pardonne aux soi-disant ravisseurs des chihuahuas sachant que son ex-compagnon en est accusé.

 

Nous considérons donc qu’il lui a pardonné, mais il menace les infidèles de la vindicte populaire, d’atomisation et autres agressions.

 

Jolie mentalité de Papou Priou qui brandit comme une autre menace les chiffres de plus ou moins 30000 fidèles (ce sont les marchands de bougies et de cierges qui doivent se frotter les mains à ce tarif). Il apparait cependant que Frère Ponthir serait un connaisseur des robots et autres sociétés mercantiles sur Internet, entre autres achats de J’aime à 10 euros pour mille. Les chiffres annoncés sont donc très souvent exagérés e il est à souligner qu’il y a autant de « Je n’aime pas » derrière la porte qu’il a bloqué prêt à le confondre une bonne fois pour toute car il devrait garder ses forces pour rechercher ses petits chiens au lieu de faire rire aux larmes les intelligents.

 

Nous ne comprenons pas pourquoi il s’efforce à se ridiculiser en racontant des histoires à dormir debout. Pourquoi faire croire que ses chiens pourraient être à l’étranger alors qu’il accusait son ex–compagnon qui se trouvait dans notre beau pays, que je sache Bruxelles est en Belgique ? Pourquoi irait-il trainer dans un champ à Eupen à 2 heures du matin et crier après des chihuahuas en sachant à quel point ces petits chiens sont recherchés et que s’ils avaient été à cet endroit. Ils n’y seraient certainement pas restés longtemps. A-t-il rencontré quelqu’un qui pourrait accréditer ses dires car crier à 2 heures du matin ne doit pas passer inaperçu et relève du tapage nocturne.

 

Il ose dénoncer les trafics de chihuahuas venant des pays de l’Est alors qu’il sait que ces merveilleux petits chiens payent un lourd tribu en cruautés les plus immondes les unes que les autres à cause d’une surproduction et une surpopulation qui enrichi les mercantiles marchands véreux d’élevages clandestins.

 

La surpopulation des chihuahuas est à son comble en Belgique et la pureté de la race est en péril à cause de trop de croisement, de malformations en tout genre, de consanguinité entre autre. Il est inutile de faire venir des petits chiens de l’Est qui iront grossir tôt ou tard les rangs dans les SPA et seront le plus souvent euthanasiés. Il y a tellement d’incohérence dans les histoires de Ponthir qu’il vaut mieux l’éviter que l’inviter.

 

Aimer les animaux, c’est d’abord les respecter. Lors de la perte d’un de nos petits compagnons à quatre pattes, c’est de le rechercher sans relâche, de mettre tous les moyens dont nous disposons en œuvre pour le ou les retrouver. Pas besoin de prechi-precha, pas besoin de cagnottes bien fournies, pas besoin de fleurs, pas plus que de cadeaux luxueux. Ce qui est le plus important, c’est de se bouger et de le ou les retrouver si possible en bonne santé et le plus rapidement possible.

 

Papou Priou avait récupéré 2 petites chiennes depuis pas mal de temps, mais se faisait mystérieux à ce sujet. La peur de perdre son fan club et ce qu’il lui rapporte peut être ?

 

Enfin, après tant de veillées virtuelles, tant de prechi-precha, tant de noms de saints et de saintes invoquées, serait-il possible que les saints invoqués et évoquées ne veuillent pas tremper dans des affaires pas catholiques sachant que détrousser les pauvres sous qu’elle forme que ce soit est un péché. Et enfin, tant d’argent récolté, sans oublier l’amour vache de deux individus qui se déchirent et qu’aurait comme seul résultat la détresse de malheureux petits chiens.

 

Nous espérons que Père Ponthir aura bientôt fini sa messe et que la lumière se fera, qu’il pourra éteindre ses bougies virtuelles, rendre à Jésus ce qui lui appartient c’est-à-dire sa jolie chasuble, qu’il en profite pour consulter un bon psy et qu’il prendra peut être conscience que son avenir est au Vatican.

 

Reparlons du merveilleux petit Angelo, que l’éleveuse avait refusé de vendre à Ponthir et son ami fonctionnaire, Fabrice Léonard pour des raisons qu’elle avait de ne pas leur faire confiance quant à l’avenir du petit chien.

 

Saint Ponthir qui se sentant investi d’une mission vengeresse aurait donc mis au point avec son ami fonctionnaire une stratégie démoniaque pour enfin lui offrir le petit chien en leurrant l’éleveuse. En effet, deux individus se sont rendus chez cette dame pour lui raconter que l’un d’eux était père et que sa fille était en pleurs et désespérée par la perte de son chihuahua. La dame n’écoutant que son bon cœur leur a donc vendu le petit Angelo. Après leur avoir raconté les problèmes qu’elle avait rencontrés avec Ponthir et Co, les individus ont emmené le petit chien soi-disant pour une fille en pleurs anonyme. Après avoir encensé l’éleveuse, celle-ci en confiance a immédiatement inscrit le petit Angelo au nom de l’acheteur à l’identification électronique. Pourtant et par quelle magouille, le petit Angelo apparait au nom du policier de Tournai, Fabrice Léonard. Ce monsieur qui devrait faire respecter la loi ne sait peut être pas que c’est faits relèvent d’un dol et d’une escroquerie sachant que suite à leur démoniques vengeance, l’éleveuse s’est retrouvée à l’hôpital et qu’elle est actuellement suivie médicalement.

 

Le petit Angelo quant à lui ira certainement grossir les rangs de l’élevage illégal et clandestin de Ponthir qui pourra certainement compter sur son ami fonctionnaire pour lui venir en aide, à moins que la Justice soit rendue.

 

La meute chérie de Ponthir devrait peut être réfléchir avant de menacer et d’agresser les gens car les enquêtes qui résultent de la disparition des chihuahuas ne font que commencer et les marchands de chihuahuas en batterie, clandestin qui amassent des royalties sur la misère de leurs chiens en noir et net d’impôts vont certainement comme leur gourous rendre des compte à la Justice. Merci d’ailleurs au fan club de Papou Priou de s’être fait connaître.

 

Ch. Roufosse,